Quelles nouvelles règles fiscales pour 2016 ?

Cette année, quelques aménagements visent à corriger les "bugs" fiscaux qui rendent "par inadvertance" les gens imposables. Il y a aussi des nouveautés significatives.

  • Une faible revalorisation des tranches d’imposition et une réforme de la décote visent à limiter l’imposition de nouveaux contribuables.
  • Le crédit d’impôt transition énergétique est prorogé d’un an, jusqu’en décembre 2016. Les travaux d'amélioration énergétique réalisés par des professionnels agréés génèrent encore un avantage fiscal de 30 % du montant TTC des dépenses.
  • Pour l’immobilier :
    • le dispositif "Malraux" est étendu pour certains "quartiers anciens dégradés". Rappelons qu’il génère une réduction d’impôt de 22 à 30 % des dépenses éligibles. Cet avantage n’est pas soumis au "plafonnement des niches fiscales".
    • le prêt à taux zéro est assoupli et étendu à certains logements anciens ou ruraux.
  • Les avantages liés aux souscriptions au capital de PME sont alignés. Ainsi, on peut accéder au choix à une réduction de 18 % au titre de l’impôt sur le revenu ou de 50 % au titre de l’ISF. Nouvelles contraintes : seules les jeunes entreprises restent en principe éligibles, et on restreint les souscriptions des associés dans leurs propres sociétés.

A compter de 2016, les cotisations minimales maladie sont supprimées.
La CMU de base est supprimée, et désormais, toute personne qui travaille ou, simplement, réside en France de manière stable et régulière est gratuitement couverte pour ses dépenses de santé.
En pratique ceci concerne principalement :

  • les personnes qui n’ont pas d’activité professionnelle ;
  • les conjoints collaborateurs d’entrepreneurs qui ne seront plus ayant-droits mais affiliés ;
  • les professionnels qui font une "mauvaise" année avec revenus faibles voire nuls.

Avantage : pour des cotisations minimales identiques, ils valideront trois trimestres de retraite au lieu de deux.

Retour des non-affiliés à la sécurité sociale française dans le giron des prélèvements sociaux…
En 2015, la Cour de Justice de l’Union Européenne et le Conseil d’Etat ont confirmé que la France ne pouvait assujettir aux prélèvements sociaux sur revenus du capital, les personnes relevant d'un régime de Sécurité Sociale obligatoire dans un État de l’Espace Economique Européen, ou en Suisse. Cette décision touche des non-résidents (revenus et plus-values immobilières) et des frontaliers pour leurs revenus du patrimoine et leurs revenus de placement (plus-values immobilières, dividendes, intérêts, gains de contrats de capitalisation ou d'assurance-vie...). L’enjeu est donc d’importance.
L'administration s'est, dans un premier temps, "résignée" et a précisé les droits à réclamation pour tous ceux qui ont payé à tort, entre 2013 et 2015.
Mais, elle contre-attaque en 2016 en modifiant l’affectation budgétaire des mêmes prélèvements sociaux. Cette correction technique permet de contourner les règlements communautaires "gênants".
Les non affiliés sont donc à nouveau imposables sur les produits de placement perçus à compter du 1er janvier 2016 et pour les revenus du patrimoine perçus dès janvier 2015.  
A suivre ?

"J'ai déjà essayé de payer mes impôts avec le sourire. Ils préfèrent un chèque".
Cette citation de Jean Yanne sera bientôt obsolète car la loi généralise progressivement le paiement dématérialisé des impositions et la déclaration obligatoire en ligne selon  son revenu fiscal de référence. Finis les chèques et finis les déclarations "papier" pour tout le monde vers 2019.

Toutes les actualités
Création de patrimoine

Vous souhaitez amorcer la construction de votre patrimoine financier et immobilier, nous sommes là pour vous y assister. 

Développement de patrimoine

La construction de votre patrimoine est déjà en marche : vous possédez votre résidence principale, vous avez mis en place des solutions d'épargne.

Transmission de patrimoine

Vous avez constitué votre patrimoine financier et immobilier et souhaitez vous assurer d'avoir fait les bons choix afin d'optimiser la protection de vos proches.

Maintenant que nous pouvons être rassurés quant à l’impact de la loi de finances 2018 sur l’assurance vie, il nous paraissait utile de revenir sur les avantages autres que fiscaux propres à l’assurance vie, qui lui font rester un outil indispensa ...
Le gouvernement vient de soumettre au Parlement le projet de loi de finances, et celui qui vise à équilibrer les comptes de la Sécurité Sociale.
Le gouvernement a présenté mi-juin un projet visant à favoriser le développement de l’épargne retraite, la loi PACTE (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises).

Contact

Financière de Patrimoine

50, rue Léon Désoyer

78100 St Germain en Laye

Tél : 01 39 04 01 80

Fax : 01 39 04 01 89

plan

Newsletter

Connexion